agriculture syntropique

réduire | réutiliser | recycler

La méthode d’agroforesterie régénérative appelée agriculture syntropique utilise les principes des systèmes naturels pour combiner agriculture et agroforesterie. Les avantages sont nombreux, tant sur le plan économique qu’écologique, car les parcelles forestières sont également plantées de petites cultures et suivent une succession naturelle de plantations. Cette méthode permet au propriétaire de recevoir un revenu à partir de 3 mois après la plantation et des arbres forestiers adultes à la longue.

agriculture syntropiqueN’obtiendrions-nous pas de meilleurs résultats si nous cherchions des méthodes de culture qui favorisent le développement des plantes, plutôt que de créer des génotypes qui soutiennent les mauvaises conditions que nous leur imposons ?

Ernst Götsch, https://agendagotsch.com/en/ernst-gotsch/

Un bon projet est un projet qui profite à plus que quelques uns.

La base de simply.eco est Koroni sur le Péloponnèse en Grèce. Nous voulons être actifs dans les domaines de l’agriculture biologique, de la gestion des déchets et de l’architecture en montrant comment travailler de manière rentable et, en même temps, régénérer les écosystèmes. Avec votre contribution, vous nous aidez à acquérir une propriété voisine. Nous avons donc plus d’espace pour plus de la biodiversité et l’accès aux routes ! C’est ce qui donne vie à notre projet parce que jusqu’à présent, nous avons transporté tout 200 mètres à pied.

Notre objectif est de nous opposer à la monoculture oléicole en expansion et de restaurer la biodiversité par l’agriculture syntropique. Nous ne changeons pas seulement la méthode de culture, mais aussi notre façon de penser.

L’agriculture syntropique a été perfectionnée par le Suisse Ernst Götsch à partir de la permaculture afin d’éliminer largement le besoin de fertilisants externes et de l’irrigation. C’est particulièrement précieux compte tenu de la hausse des températures et de la pénurie d’eau qui en résulte pendant les étés grecs.

Nous agrandissons l’habitat de milliers d’abeilles, de sauterelles, de lézards, de serpents, d’insectes, de petits oiseaux, de hiboux, de chauves-souris et de porcs-épics. Seulement les cochons sauvages doivent rester dehors !

La nouvelle propriété nous permettra dans un premier pas de récupérer les restes compostables dans les cafés et les restaurants. Les déchets ménagers sont réduits et les nutriments précieux ne sont pas perdus. Pour l’avenir, nous imaginons un système de collecte pour tous les ménages.

Comme avec les olives, les fruits et les légumes, nous préférerons les races anciennes, en voie de disparition, aux races hybrides modernes. A l’avenir, 15 poulets de l’ancienne race « Les Bleues » et quelques chèvres partageront une ancienne grange en briques de terre sur la nouvelle propriété.

Merci beaucoup pour votre engagement et faites passer le mot !

contribuer ici